Les dernières tendances de l’évènementiel RH

ParFrançois De Boutray

Les dernières tendances de l’évènementiel RH

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à jouer le jeu de l’évènementiel pour attirer les candidats. Le marché de l’emploi est en effet tel que certains secteurs deviennent pénuriques. Tous les moyens deviennent bons pour trouver des employés et les garder. Les initiatives se multiplient, aussi bien sur Internet que dans le monde réel. On voit ainsi émerger un nouveau concept fort novateur : le recrutement virtuel. Entendez par là le recrutement dans un univers tel que Second Life où candidats et recruteurs devisent, ‘cachés’ derrière leur avatar. Quelles sont donc les dernières tendances en la matière ?

Les road tour

Tour de FranceCet été, des cars ont sillonné la France à la rencontre des candidats potentiels. C’est le cas d’Atos Origin, avec son Campus Tour, et de Veolia avec son Bus Veolia Compétences. Le principe ? Affréter un bus aux couleurs de l’entreprise et s’arrêter chaque jour dans une nouvelle ville pour présenter l’entreprise et ses métiers.

A chaque entreprise sa cible : Atos Origin a préféré opter pour les étudiants et fait donc le tour des campus. Veolia, en revanche, accueille toutes les personnes susceptibles d’être intéressées par les métiers de l’environnement, un secteur où l’emploi se développe de plus en plus.

L’idée reste cependant la même : il s’agit avant tout de se faire connaître et de communiquer sur ses métiers. Pour 2007, Veolia a misé sur huit métiers spécifiques et très recherchés. Mais tous les candidats ont bien sûr la possibilité de postuler en présentant leur CV aux interlocuteurs RH présents dans les bus.

Les sessions de recrutement en journée…

Areva, Expectra, Adecco, Randstad, April… autant d’entreprises qui organisent des sessions de recrutement pour rencontrer des candidats. Meet your futureCeux-ci ont, selon les formats, de 7 à 30 minutes, pour convaincre les recruteurs de leur motivation.

Ces journées permettent aux entreprises de se présenter et de rencontrer un certain nombre de personnes. La plupart du temps, une sélection est effectuée via une pré-inscription sur un site dédié à l’évènement. Une forte campagne de communication autour de l’évènement est mise en place on et off-line. Ces mini-sites ont pour fonction de présenter l’évènement en ‘teasant’ les candidats et en les incitant à postuler en ligne.

Ces évènements permettent d’attirer une grande quantité de personnes à la présélection et de recevoir ensuite des postulants très motivés lors de ces sessions de recrutement.

…ou en soirée

H&M a innové en choisissant un nouveau modèle de rencontre employeur/candidat. Si les soirées portes ouvertes sont déjà d’usage, le cocktail de recrutement est un évènement plus inattendu. Le 4 octobre dernier, cet « Happy Hour » du recrutement devait permettre à l’enseigne de recruter 50 nouveaux managers pour ses magasins de la région parisienne. 200 managers de la distribution ont donc été conviés, de 21h à minuit, dans plusieurs points de vente de l’île de France, pour participer à l’évènement. Celui-ci a bénéficié d’une forte communication au sein même des points de vente, puisque le personnel en magasin arborait un T-Shirt mentionnant la soirée, ainsi que sur le site web de l’enseigne.

Chez Capgemini, l’honneur est au cinéma. La soirée de recrutement organisée par l’agence Nord de la SSII a proposé aux candidats une rencontre autour d’un verre avec les managers – jusque là, rien de très innovant. La projection privée d’un nouveau film l’est en revanche bien plus ! Capgemini mise ainsi sur la convivialité du moment, partagée entre les candidats et les managers présents pour l’occasion.

Le v-recrutement

Le premier Neo Job Meeting avait fait grand bruit, en juin, avec une grande opération de recrutement virtuel sur Second Life auquel participaient L’Oréal, Areva, Capgemini, Alstom et Unilog. Malgré un retour mitigé sur le nombre d’embauches par ce biais, les grandes entreprises continuent à investir le metavers (i. e. univers virtuel). Récemment, la SSII Business & Decision s’y est implantée pour recruter, ainsi que BNP Paribas.

Second Life est en effet un bon moyen de faire de la communication sur ses recrutements. Un véritable buzz s’est organisé autour de ce phénomène. Ce qui donne une très bonne visibilité aux entreprises qui se lancent dans l’aventure, et ce dans tous les médias : télé, presse, Internet.

Second LifeEt puis ce type d’évènement est aussi ingénieux puisqu’il permet de faciliter les entretiens. L’ADAPT a en effet élaboré un partenariat avec le Neo Job-Meeting 2.0 pour la semaine pour l’emploi des personnes handicapées. En effet, il peut être plus facile pour certains de passer un entretien de chez eux qu’en se déplaçant. De même, au Luxembourg, l’évènement Working Worlds, organisé sur Second Life, entend attirer des candidats de 45 pays différents pour venir y travailler. Le metavers s’affranchit ainsi des contraintes liées à la distance et/ou aux handicaps et trouve une légitimité dans la lutte contre les discriminations.

Ces entretiens permettent de valider certains points du CV, donc d’effectuer un premier tri dans les candidats, avant de les recevoir dans les locaux de l’entreprise. Les recruteurs reçoivent ainsi un plus grand panel de personnes, repoussant les limites d’un recrutement dans la vie réelle. De quoi séduire les entreprises, à condition d’éviter certains écueils.

BNP Paribas semble, par exemple, avoir été victime de son succès. Après avoir annoncé une opération de recrutement sur deux jours, l’évènement s’est transformé en ‘simple’ chat avec des spécialistes de l’informatique en lieu et place des entretiens en face-à-face.

Ce genre d’opération est encore à l’état hybride et se prépare donc avec soin. Certes onéreux (les entreprises du premier Neo Job Meeting ont déboursé environ 22 000 euros chacune), ces évènements restent tout de même intéressants en terme de communication d’employeur et permettent de rencontrer des candidats qui n’auraient peut-être pas été reçu dans la vie réelle.